Mes priorités pour Bruxelles

29.930

 
 

Que représente ce chiffre?

C’est, en moyenne, le nombre de jour que l’on passe sur terre.

À mon âge, il me resterait encore 15.000 jours à vivre. Si tout va bien. 

Être heureux, être en sécurité et être en bonne santé, telles sont mes priorités pour nous, Bruxelloises et Bruxellois. 

 
Angie-2.jpg
 

« L’argent ne fait pas le bonheur » Non, mais il y contribue !

  • Soutenir l’achat d’un logement avec une réduction de 500€ sur le précompte immobilier.

  • Augmenter le salaire net de 1000€/an en relevant la quotité exonérée d’impôt jusqu’au montant minimum du chômage soit jusqu’au niveau de 13.500€.

  • L’emploi est le meilleur moyen pour lutter contre la pauvreté : Doper l’emploi, favoriser le bien-être au travail et faire correspondre la formation professionnelle aux besoins bruxellois.

Aujourd’hui beaucoup de jeunes ont perdu confiance en eux. 

  • Renforcer l’apprentissage des savoirs de base (lire, écrire et calculer) et renforcer l’apprentissage des langues étrangères.



Profiter du moment présent et de sa famille.

  • Améliorer la conciliation vie privée/vie professionnelle des indépendants : congés parentaux, titres-services, garde d’enfant. Alléger leurs contraintes administratives.

  • Mais aussi : « A travail égal, salaire égal ! », les hommes et les femmes doivent être payés de manière égale. Mettre fin aux écarts salariaux existants.

 

Parce que la sécurité est la première des libertés, chaque personne doit pouvoir vivre et se déplacer sans craintes ni peur. 

 
FAMILLE rue.jpg

Lutter contre le harcèlement de rue et augmenter le nombre de caméras de surveillance.

  • Renforcer l’éclairage public.

  • Renforcer la sécurité dans les transports en commun.


  • Développer une police de proximité plus efficace et plus diversifiée ce qui est essentiel pour la mosaïque des quartiers bruxellois. 

  • Améliorer la cybersécurité.

 
 
shutterstock_1283088814.jpg

La pollution tue chaque année 7 millions de personnes dans le monde.

  • Diminuer la pollution et la congestion routière en encourageant la Smart Mobility ou « mobilité intelligente ». Celle-ci optimise nos déplacements grâce aux innovations technologiques (Smartphones, GPS, réseaux sociaux etc.) en les associant aux différents modes de transport existants et aux infrastructures connectées et intelligentes. Résultat : meilleure fluidité, sécurité routière accrue et impact positif pour l’environnement.


L’épuisement physique, émotionnel ou mental au travail ne doit plus être un tabou.

  • Reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle afin d’améliorer son indemnisation.

Le bruit constitue l’une des nuisances et l’une des préoccupations environnementales majeures de la population en milieu urbain.

  • Lutter contre la pollution sonore : Prévoir des normes imposant une isolation acoustique minimale des nouvelles constructions de logements. Fixer une norme pour la diffusion de musique amplifiée lors de l’organisation de grands événements en plein air.